Le smartphone au cœur de la vie sociale et sentimentale des ados

Print Friendly, PDF & Email

Une étude, commandée par le fabricant de smartphones Wiko, nous en dit plus la manière dont les ados utilisent leur smartphone dans leur vie sentimentale, amicale et familiale. Intéressant !

Cette étude a été réalisée par l’institut de sondage BVA, sur un échantillon de 1012 adolescents français de 12 à 17 ans et possesseur d’un smartphone. (Sondage réalisé du 24.09.2018 au 27.09.2018).

Un outil incontournable pour ENTRETENIR SA VIE AMICALE.
89% des adolescents équipés considèrent que le smartphone est incontournable pour entretenir ses relations amicales. Et on s’équipe de plus en plus jeune, autour de 11 ans pour les collégiens, quand la génération des lycéens actuels l’ont obtenu à 13 ans. L’étude montre aussi que c’est, pour 38% d’entre-eux, au moment de la rentrée qu’ils ont obtenu leur premier smartphone.

ET SENTIMENTALE. Pour 62% des adolescents équipés, et même 73% des 16-17 ans, avoir un smartphone est incontournable pour entretenir sa vie sentimentale. L’étude confirme aussi ce qu’on peut observer quotidiennement. La communication se doit d’être instantanée, et à toute heure, ce qui est assez inquiétant. 28% des ados répondent de façon systématique à leurs messages (de jour comme de nuit). Une proportion plus importante chez les 16-17 ans qui sont 35% à avoir ce comportement.

Un smartphone incontournable pour réussir sa vie sociale…qui peut aussi engendrer des SITUATIONS DIFFICILES. Car il représente aussi aussi une source majeure de problèmes et de craintes pour les ados. Ce n’est pas vraiment le monde des bisounours. 17% ont déjà utilisé leur smartphone pour envoyer des messages méchants ou des insultes. 38% des adolescentes ont même déjà pleuré après en avoir reçu (40% des lycéennes). De même, 23% des adolescents équipés (29% chez les jeunes filles) ont déjà eu peur qu’un contenu partagé ne soit repris contre eux.

Le smartphone dans les relations avec les parents : UN OUTIL D’ALERTE PLUS QUE DE DIALOGUE ?

Quel parent n’a-t-il pas envoyé un message à son enfant et attend toujours une réponse ?  Les adolescents utilisent leur smartphone pour communiquer avec leurs parents principalement pour les prévenir en cas de problème (82%), en cas de retard (63%) ou pour les rassurer (52%) alors que seulement 8% l’utilisent pour les informer d’une bonne note. Bref, la communication avec les parents ne couvre que des aspects pratiques et organisationnels.

Un FILTRE ENTRE PARENTS ET ENFANTS ? Près de 40% des 12-17 ans déclarent ne pas toujours répondre aux messages de leurs parents et on peut noter que 31% filtrent leurs appels de temps en temps.ils sont même 43% chez les 16-17 ans et 41% chez les jeunes garçons.

Un CONTRÔLE PARENTAL qui diminue avec la maturité de l’enfant. 43% des adolescents équipés déclarent que leurs parents connaissent le code de déverrouillage de leur smartphone. Cependant, si c’est le cas de 64% des 12-13 ans et de 57% des collégiens, seuls 31% des lycéens et 25% des 16-17 ans déclarent que leurs parents connaissent leur code de déverrouillage.

Un support de facilitation des INTERACTIONS SENTIMENTALES ? 10% des adolescents équipés ont déjà utilisé leur smartphone pour rencontrer quelqu’un et même 13% pour rompre. Certaines pratiques semblent même rencontrer un certain écho chez les adolescents plus âgés : chez les 15-17 ans, ils sont 18% à avoir déjà reçu ou envoyé des « sextos » ou des « nude » alors que 39% des 12-14 ans indiquent que les messages à connotation sexuelle constituent une pratique répandue chez les adolescents.

Une INTERDICTION MAJORITAIREMENT RESPECTEE AU COLLEGEmême si des irréductibles persistent. Malgré l’interdiction, 20% des collégiens utilisent quand même leur smartphone au collège (23% des garçons et 28% des 13-14 ans).

78% des adolescents équipés de smartphones ont un COMPTE SUR LES RESEAUX SOCIAUX. Snapchat est le réseau le plus fréquenté (62%) devant Facebook (53%) et Instagram (50%). 22% des adolescents équipés de smartphones n’ont pas de compte sur les réseaux sociaux et même 27% des jeunes résidents en zones rurales et 31% des collégiens.

 

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.