Cyber Criminalité

Print Friendly, PDF & Email

Qu’est-ce que la cybercriminalité ?

cybercriminaliteOn entend beaucoup parler de cybercriminalité, mais qu’est ce que c’est ?Pour répondre simplement : c’est compliqué !
Comme la criminalité traditionnelle, la cybercriminalité peut prendre diverses formes et peut se produire à tout moment et n’importe où. Les cybercriminels utilisent un certain nombre de méthodes, en fonction de leurs compétences et de leurs objectifs.Cela n’a rien de surprenant : après tout, la cybercriminalité est un type de criminalité, perpétrée à l’aide d’un ordinateur ou dans le cyberespace.

Tout acte criminel perpétré à l’aide d’un ordinateur ou sur un réseau, ou à l’aide de matériel informatique. L’ordinateur ou le matériel peuvent être l’agent de l’acte criminel, son facilitateur, ou sa cible. L’acte criminel peut se produire sur l’ordinateur uniquement ou à d’autres emplacements également.L’étendue de la cybercriminalité est davantage compréhensible si on la divise en deux catégories générales, nommées dans le cadre de cette étude cybercriminalité de type I et de type II.

La cybercriminalité de type I présente les caractéristiques suivantes :

CybercriminalitéIl s’agit généralement d’un événement ponctuel du point de vue de la victime. Par exemple, une victime télécharge sans le savoir un cheval de Troie qui installe un programme d’enregistrement des frappes clavier sur sa machine. Il est possible également que la victime reçoive un courrier électronique contenant un lien prétendu légitime alors qu’il s’agit en réalité d’un lien vers un site Web hostile.
Il est généralement fourni par des logiciels criminels tels que les programmes d’enregistrement de frappes clavier, les virus, les rootkits ou les chevaux de Troie.
Les failles ou les vulnérabilités d’un logiciel ouvrent généralement la porte à l’attaquant. Par exemple, des criminels contrôlant un site Web pourraient profiter d’une vulnérabilité d’un navigateur Web pour placer un cheval de Troie sur l’ordinateur de la victime.

Voici des exemples de ce type de cybercriminalité (cette liste n’est pas exhaustive) : phishing, vol ou manipulation de données ou de services par piratage ou par le biais de virus, usurpation d’identité, fraude bancaire et du commerce électronique.

Quant à la cybercriminalité de type II, elle comprend (entre autres activités) : le harcèlement sur Internet, la prédation cyber_crime_yar2contre les enfants, l’extorsion de fonds, le chantage, la manipulation des marchés boursiers, l’espionnage industriel de haut niveau, ainsi que la planification ou l’exécution d’activités terroristes.La cybercriminalité de type II présente les caractéristiques suivantes :

Il s’agit généralement d’une série continue d’événements impliquant des interactions répétées avec la cible.Par exemple, la cible est contactée par une personne dans un forum de discussion. Petit à petit, cette personne tente d’établir une relation avec la cible.Le criminel finit par exploiter cette relation dans le but de perpétrer un acte criminel.Des membres d’une cellule terroriste ou d’une organisation criminelle pourraient également communiquer sur un forum de discussion de façon codée et, par exemple, planifier des activités ou débattre du blanchiment de leur argent.
Ce type de cybercriminalité est généralement rendu possible par des programmes qui ne font pas partie de la catégorie des logiciels criminels. Par exemple, les conversations pourraient avoir lieu par le biais de clients de messagerie instantanée ou des fichiers pourraient être transférés via FTP.

 

des conseils : site du ministère de l’intérieur

informations et conseils pour les particuliers : site de la gendarmerie nationale

le rapport de l’état : Protéger les INTERNAUTES

le signalement : portail officiel de signalement des contenus illicites de l’Internet